Fieldset
Us et coutumes…et sorcellerie! ( part. 2)

“ To improve the dialogue with traditional healers in order to encourage collaboration between traditional healing and western medical practices.”

Que penser de tout cela?

D’abord, quelques distinctions s’imposent. Il y  les féticheurs et les médecins traditionnels. Ces derniers utilisent des plantes, des herbes, des racines et tout un savoir transmis de génération en génération. Les « féticheurs », quant à eux,  utilisent la magie, les incantations et les gri-gri pour mener leurs activités. Il y a aussi les sorciers, qui eux, s’activent à jeter des mauvais sorts pour faire du mal aux gens ( mais ca, c’est une autre histoire!) Dans la pratique, les médecins traditionnels sont aussi souvent des « féticheurs » et vice et versa…C’est à tout le moins ce qu’on m’a expliqué.

Première constatation : ces médecines traditionnelles ont toujours existé. Elles étaient là avant MSF et la médecine moderne, et elles seront toujours là lorsque MSF décidera de faire son baluchon et de quitter Shamwana.

Deuxième constatation : la médecine moderne comme la médecine traditionnelle, a aussi ses limites; et chacun sait également que l’aspect psychologique est un ingrédient essentiel à toute guérison. L’effet placebo et la relation de confiance entre le patient et son médecin, ne sont-ils pas l’équivalent du recours au féticheur et à ses gri-gris?

Evidemment, je ne suis pas en train de dire que médecine traditionnelle et médecine moderne, c’est du pareil au même. Je soutiens seulement qu’on ne peut faire abstraction de la présence des féticheurs dans notre contexte. Il ne faut pas non plus adopter une attitude moralisatrice et de condamner les médecines traditionnelles. Il faut plutôt  changer d’approche et favoriser la collaboration et l’éducation des tradi-praticiens, comme on les appelle à MSF. C’est cette philosophie que j’ai mise de l’avant lors de la discussion du Plan d’action 2009 menée au cours des dernières semaines. Cela a mené à l’adoption de l’objectif suivant :

“ To improve the dialogue with traditional healers in order to encourage collaboration between traditional healing and western medical practices.”

Nous avons commencé à concrétiser ce bel objectif par l’élaboration d’un plan d’action, qui devrait nous permettre d’augmenter le taux d’allaitement à la naissance, de favoriser les références plus rapides vers l’hôpital, de développer l’échange sur les  pratiques  de médecine modernes et traditionnelles. A suivre…