Fieldset
Réflexions

Quelques souvenirs qui font de cette expérience un souvenir oubliable

Voici un peu plus de trois mois que je partage la vie de la communauté de Boguila. Je prends maintenant quelques minutes afin d’examiner les divers événements dont j’ai été témoin et qui font de cette expérience un souvenir inoubliable. Certains sont heureux, d’autres moins. Néanmoins, ils ont tous nuancé mon séjour ici. Voici une courte liste des plus marquants :

  • Le sourire amusé d’un enfant regardant deux étrangers jouer au badminton un dimanche matin.
  • Les cris désespérés d’un père accablé par la mort de sa fille chérie.
  • Le regard égaré d’une mère ayant perdu un autre enfant souffrant de malnutrition.
  • La question « T’es où là? » de mes parents, mon frère et ma sœur quand je les appelle au téléphone.
  • Les cris d’enfants courant pour nous saluer lors de notre passage à travers leur village.
  • Le rire des “Water Mamas” marchant tout près avec les contenants d’eau potable en équilibre sur leur tête.
  • Le regard rempli d’espoir d’une mère courant après notre véhicule MSF avec son enfant dans les bras.
  • Le cri de surprise lorsque j’ai appris qu’un membre de mon équipe avait choisi de nommer sa fille du même nom que moi.
  • Les éclats de rires d’un groupe d’étrangers regardant “Zoolander” un samedi soir.
  • Les marmonnements sans fin d’une infirmière exaspérée devant le manque flagrant de ressources.
  • Le poids d’un enfant décédé dans mes bras après une réanimation en vain.
  • Les larmes coulant sur mes joues après le décès d’un autre enfant malade.
  • Les visages ensoleillés de mes deux garçons lorsque je leur parle via Skype.
  • Les regards intéressés des secouristes et des infirmiers pendant une de mes formations.
  • Les éternelles discussions pour atteindre un compromis lors des réunions des superviseurs.
  • Les gestes acharnés et contrôlés pour sauver la vie d’un autre enfant.
  • Le regard défiant d’un commandant rebelle après qu’on lui ait demandé pour la troisième fois de laisser son arme avant d’entrer dans l’hôpital.
  • La tête couverte d’un homme blessé derrière l’oreille par une balle en fuyant les rebelles et l’odeur se dégageant de sa plaie béante.
  • La cohérence des mots prononcés par ce même homme après une chirurgie de dernier recours.
  • Les cris perçants d’une enfant brûlée au troisième degré chez elle par une marmite remplie d’eau bouillante et présentant des brûlures sur 70 % de son corps.
  • Les pleurs déchirants de sa mère lors de la mort imprévue de cette enfant.
  • L’état de choc d’une équipe du bloc opératoire après d’infructueux efforts pour sauver une femme enceinte et ses jumeaux après avoir réalisé sa réaction anaphylactique à l’anesthésiant lors de sa césarienne.
  • Le regard reconnaissant d’un secouriste du poste de santé à l’annonce que nous pourrions lui faire don de vaccins et de matériel médical.
  • Le regard triste d’une amie expat quittant le projet.
  • Le cœur brisé d’une infirmière canadienne en réalisant que le monde s’intéresse peu à cette partie du monde et qu’elle ne peut pas faire plus que son possible.
  • Le cœur rempli d’espoir d’une infirmière canadienne en réalisant que le monde va peut-être se souvenir de cette partie du monde à cause de son message et que, au bout du compte, elle en fait déjà beaucoup en étant ici.

Merci pour votre soutien constant. SVP, donnez généreusement à Médecins Sans Frontières. Chaque contribution, si petite soit-elle, amènera un peu d’espoir à la population de la RCA.

Janique