Groupe de champs
Chroniques du terrain : Bria reçoit des personnes déplacées

L'Armée de Résistance du Seigneur, des personnes déplacées qui n'ont plus rien, différentes aides humanitaires.

L’Armée de Résistance du Seigneur (ARS, ou LRA en anglais pour Lord’s Resistance Army), a été plutôt active dans les parties est et sud-est de la République centrafricaine, attaquant des villages et des villes particulièrement riches en mines de diamants. Ce sont ces individus-là qui prennent les garçons pour en faire des machines à tuer. Nous avons déjà des centaines d’ex-enfants soldats qui tentent de réintégrer la communauté et les écoles. Au cours des attaques récentes, L’ARS a enlevé plusieurs douzaines d’enfants de villages voisins, situés à une distance d’à peine vingt miles de Bria ; attaquant et terrorisant de surcroît toute la population. De ce fait, nous avons connu une recrudescence de personnes déplacées arrivant à Bria. OXFAM a dénombré un peu plus de 1200 personnes à la fin de janvier et MSF a procuré aux familles des articles non alimentaires (NFI) en plus de procéder à des vaccinations  (tuberculose, polio, rougeole, tétanos, hépatite B, varicelle…).

Un groupe de personnes déplacées se trouve dans une église, en plein cœur de l’un de nos quartiers, pratiquement inaccessible. Alors que nous conduisions vers le site, je n’arrivais pas à croire que a) le chauffeur en connaissait le chemin, b) nous roulions effectivement sur des routes. Nous avions sans arrêt l’impression de nous diriger vers une impasse mais le chauffeur savait où il allait.

Dès son arrivée, notre équipe s’est mise en place pour procéder à la distribution. Toutes les personnes appartenant à ce groupe avaient fui le même village sans rien d’autre que les habits qu’ils portaient sur eux. Les biens que nous leur avons fournis ont été grandement appréciés.

L’infirmier superviseur, Armel ZENGBE, dirige la distribution des articles pour les personnes déplacées.

La distribution des produits nécessaires était bien organisée grâce à un système de tickets.

Une mère rassemble ses affaires, un matelas, un seau, des ustensiles de cuisine, de l’argenterie, des couvertures et des petits articles d’hygiène personnelle.

Les populations déplacées arrivent à Bria sans rien. Ce garçon porte ses jeunes frères qui tous deux n’ont que des haillons à se mettre sur le dos.

La semaine suivante, j’ai pris des photos de notre équipe qui vaccinait des enfants. Toutes les personnes déplacées à Bria étaient présentes dans ce centre de distribution (une autre église en ville) centre dans lequel UNICEF leur donnait des fournitures en plus grande quantité.

Le 4 février, UNICEF en partenariat avec une association caritative locale a organisé une distribution de fournitures pour l’ensemble des personnes déplacées. Cette distribution était encadrée de très près par des soldats et des véhicules de la MUNISCA.

Des femmes attendent leur tour pour prendre leur kit offert par UNICEF.

Une mère et son enfant sur notre site de vaccination regardent la distribution UNICEF.

Une mère maintient tendue la jambe de son jeune enfant pendant qu’il reçoit une injection.

Le vaccinateur, Blaise, prépare une injection.

Souvent de jeunes enfants s’occupent de leurs frères et sœurs encore plus jeunes qu’eux. Ici, de jeunes garçons portent des bébés qui recevront chacun leur vaccin.

L’infirmier superviseur, Armel ZENGBE, remplit des cartes de vaccinations pour tous les enfants.

.

Enfants et parents attendent leur tour pour recevoir leur vaccin.

Les soldats de la MUNISCA patrouillent sur le site de dons où les kits sont préparés pour leurs destinataires.

Jusqu’à ce jour, le 9 février, il y encore des personnes qui arrivent à Bria. Espérons voir bientôt la fin de cette violence.