Groupe de champs
Urgence, quelle urgence?

Il est plus facile que jamais auparavant d'accéder aux actualités internationales.

Il est plus facile que jamais auparavant d'accéder aux actualités internationales. Que ce soit de consulter les journaux en ligne pour surfer les grands titres, d'ouvrir la télévision pour avoir accès à des bulletins de nouvelles  en continu, ou même encore de syntoniser les canaux d'informations à la radio. Et qu'entendez-vous des actualités internationales ces derniers temps ? Du président Trump, probablement? Ou des élections présidentielles en France ? De la guerre en Syrie, encore ? Et du sort des migrants à travers l'Europe ? Et peut-être avez-vous entendu parler des famines au Sud-Soudan? De la guerre civile en République Centrafricaine? Mais à quand remonte la dernière fois que vous avez entendu parler de l'urgence humanitaire qui a lieu en République Démocratique du Congo (RDC) ?

L'urgence humanitaire en RDC pourrait être décrite comme une crise silencieuse. C'est une crise sanitaire parce que des milliers de gens ont des besoins médicaux non comblés. Les dépenses publiques en santé sont squelettiques. Le pays traine de la patte malgré sa signature de la Déclaration d'Abuja qui proclamait que 15% des budgets gouvernementaux africains soit investi pour le secteur de la santé. De plus, le pays souffre encore d'un lourd fardeau de maladies transmissibles: les maladies tuant le plus grand nombre de personnes restent encore la malaria, les pneumonies, et les diarrhées selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Mais c'est une crise silencieuse, car le sous-développement du RDC en matière de santé ne fait pas la une des médias. Cette situation dure depuis beaucoup trop longtemps (et hélas continuera très probablement encore dans les années à venir)  pour posséder le sensationnalisme éphémère des crises qui auront la chance de se tailler une place dans l'agenda des médias.

Ici dans la province de Sud-Kivu, la situation sanitaire est extrêmement précaire. La région est caractérisée par ses frontières communes avec le Rwanda et le Burundi, deux pays dont les malheurs politiques ont bien trop souvent débordé chez son voisin. Des conflits existent non seulement entre différents groupes ethniques mais aussi entre un grand nombre de factions armées, entrainant beaucoup de gens à se déplacer à l'intérieur de la province, voire dans les provinces ou les pays voisins. La province de Sud-Kivu est aussi connue pour ses grandes richesses naturelles (l'or, entre autres), qui amènent malheureusement plus de conflits que de croissance économique pour ses habitants. Dans les régions rurales, les soins de santé sont quasiment inexistants, l'appareil de santé publique du gouvernement étant à peine fonctionnel et les ONGs en très petit nombre. Peu éduquée, la population ne possède qu'une compréhension limitée de sa santé.

Le projet Kimbi de Médecins Sans Frontières offre aux populations en détresse des soins de santé gratuits tant au niveau préventif, primaire, que secondaire. L'éventail de ces soins est large: traitement des maladies endémiques, soins mère-enfants, support nutritionnel, soins VIH/tuberculose, et counselling psycho-social. Des activités promotionnelles sur la santé sont aussi organisées en plus de répondre aux épidémies qui restent fréquentes. L'organisation travaille en partenariat avec le ministère de la santé dans l'optique de renforcer de façon durable cette institution.

Médecins Sans Frontières est une organisation médicale neutre, impartiale et indépendante qui répond aux besoins médicaux là où ils existent. Il ne nécessite pas qu'une situation sanitaire fasse les manchettes pour que l'organisation y prête son attention. Elle a la liberté de définir ce qu'est une urgence et de répondre rapidement aux besoins sur le terrain.