Groupe de champs
RDC; toujours et encore
Il faut dire que je me préparais pour faire beaucoup de pays. Un voyage perpétuel autour du monde en aidant les plus vulnérables. Et voilà, après m’être pleins plusieurs fois que je devrais aller ailleurs, je me retrouve à postuler de nouveau pour la RDC.
Il faut dire que je me préparais pour faire beaucoup de pays. Un voyage perpétuel autour du monde en aidant les plus vulnérables. Et voilà, après m’être pleins plusieurs fois que je devrais aller ailleurs, je me retrouve à postuler de nouveau pour la RDC. Il faut croire que je l’ai dans la peau. Donc voilà, dans quelques semaines seulement je retourne, mais cette fois à Kinshasa. Je vais en capital pour rejoindre l’équipe du bureau intersection. 
 
Après une longue année d’épidémie de rougeole et de malaria au Katanga, je retourne donc en pleine crise de la fièvre jaune. Je serai en plus la nouvelle « point focal pour la vaccination ». Ça tombe bien. Je ferai donc ma 3ième année consécutive en RDC.
 
C’est quand même pratique, je connais bien les rouages du ministère de la santé, je connais assez bien le contexte, j’aime, mais surtout, je crois en la vaccination pour avoir été référante en vaccination dans le Grand Nord Québécois il y a déjà quelques années de ça. 
 
Je profite donc de ces derniers moments qui me restent pour faire le plein de nature, de famille et d’amis. J’espère être à la hauteur et faire une différence dans ce Congo trop meurtrie à travers les années. De Léopold II à Kabila fils, la RDC reste un élément névralgique dans l’histoire mondiale mais Ô que tragique. Je n’avais pas réalisé la portée de son histoire mais surtout son invariable place dans ce monde. J’apprends à la connaître à travers ses habitants que j’ai l’honneur de côtoyer mais aussi en m’attardant sur son histoire profonde, j’en change ma vision. Es espérant que ça m’aidera à offrir une meilleure version de moi-même et aidant à faire bouger les choses. 
 
Je ne suis pas en train de dire qu’en l’espace de 12 mois je changerai le monde. Tel n’est point mon désir ou mes capacités, mais j’aimerais pouvoir au moins faire avancer le dossier de vaccination. Il est quand même difficile de croire qu’en 2016, les enfants meurent toujours de maladies évitables. Et oui, malgré la très longue présence de MSF dans ce pays, il n’en reste pas moins qu’il y a encore des Everest de travail à effectuer. Non seulement MSF répond sans cesse aux urgences, ce qui coûte excessivement cher, nous n’avons pas notre place au sein des preneurs de décisions. 
 
Malgré le fait que la vaccination est un domaine des Ministères de la Santé, est-ce que MSF devrait être plus engagé dans le processus? C’est la question que je me pause sachant que je n’ai pas encore une bonne vision des actions concrètes de MSF sur le sujet. Mais je sais seulement que sur le terrain, nous ne sommes pas toujours efficaces et que nous devrions, je crois, être plus engagés et proactifs. Un sujet qui me tient à cœur pour la prochaine année, il va s’en dire.