Groupe de champs
Luxuriante nature de la RDC

Il est plutôt rare que l’on puisse prendre le temps de visiter le pays dans lequel nous travaillions avec MSF. Paradoxalement, on en voit que très peu malgré le temps qu’on y passe.

Il est plutôt rare que l’on puisse prendre le temps de visiter le pays dans lequel nous travaillions avec MSF. Paradoxalement, on en voit que très peu malgré le temps qu’on y passe. Dans le passé, j’ai eu la chance d’admirer les collines du territoire de Massisi puisque tous les transports de faisaient en voiture ou à moto. Par exemple, faire 6h de route pour quelques 97km de piste, on a le temps d’admirer le paysage quand même!

Pour le Katanga, je n’ai pas eu cette chance puisque tous mes déplacements se sont faits par la voie des airs. Sauf pour quelques escapades avec l’équipe mobile, je n’ai pas été en mesure de découvrir le sud-est du pays.

Alors voilà que la chance se présente à moi à moins d’un mois de mon arrivée à Kinshasa. La responsable du bureau Bali a organisé, avec le président des représentants des employés, une excursion au Jardin Botanique de Kisantu au Bas Kongo.

Nous sommes sommés par l’organisateur en chef, le président, à être à 8h00 précise dans l’enclos du bureau pour un départ sans faute à l’heure précise. Les retardataires seront laissés derrière. Après les dernières mises au point, nous quittons le dit enclos un peu après 8h00 et nous avons eu une âme charitable pour notre retardataire en herbe. Heureusement pour lui, la responsable du bureau de Bali a demandé qu’on attende parce que les anciens eux, l’aurait laissé derrière sans équivoque.

Nous voici donc avec 2 Land Cruisers et un Pick up en route vers le Bas Kongo. Comme Kinshasa est une ville province, il nous faut un peu de temps pour nous rendre à la frontière. Nous avons la chance de croisé un chauffeur de MSF Belgique qui attend son équipe aussi en déplacement pour le jardin botanique (un hasard). Il nous montre gentiment le chemin à travers les quartiers pour nous éviter l’énorme embouteillage devant nous. Mais malheureusement, pas de bol, nous sommes de nouveau bloqués par le tractage d’une remorque qui a terminé sa course dans le ravin. Positivement, il n’y a pas eu de blessé malgré que la cabine soit complètement bousillée. Le chauffeur avait garé son véhicule au bas-côté de la route, probablement trop près de l’escarpement et celle-ci a cédé sous le poids. Bon, bref, une heure de retard sur le 3 heures déjà nécessaire pour se rendre.

Nous arrivons finalement à midi, pas beaucoup plus tôt que nos amis belges. Nous commençons donc par la visite guidée. Le jardin botanique est une magnifique parcelle de 250 hectares qui a été fondé par le père jésuite Justin Gillet en 1900. Nous avons fait un petit tour d’une heure dans les jardins avec l’explication détaillée de notre guide sur les grands arbres présents. Nous avons vu une petite partie des 6000 spécimens de plantes et fleurs et 200 espèces de bois tropicaux, entre autre l’enclos réservés aux plantes grâces comme les cactus. Du coup, nous avons même payé une petite visite au croco du coin. Il n’a pas été très réceptif à notre présence alors nous nous sommes dirigés vers le musé, là où notre interlocuteur nous a présenter les différentes essences d’arbre, les premiers herbiers de l’endroit, les fruits et les produits dérivés.

Bien entendu, ce tour nous a ouvert l’appétit mais il fut décidé de se rendre au site du Mont Golgota . Nous nous sommes bien amusés les des séances photos. Ensuite nous sommes descendus près de la rivière Inkisi où il a été convenu de faire notre pique-nique au grand bonheur de la troupe.

Donc à la congolaise, musique et bonne bouffe furent au rendez-vous. La bonne humeur et le soleil étaient présents. Quelques-uns ont démontré leur capacité de déhanchement rythmique aux plaisirs des autres. Voilà une belle occasion de se réunir sans trop penser aux catastrophes, aux épidémies ou à la politique. Durant quelques heures nous avions les yeux remplis de belle nature, de belles découvertes et de sourires.

Bientôt nous avons dû penser au retour. Sans pour autant oublier la photo de groupe, moment de détente immortalisé à se remémorer lors du retour à la réalité. C’est aussi ça la RDC, malgré ses tourments, elle nous offre ces moments de tranquillités où il fait bon de côtoyer les collègues dans un cadre en dehors du travail.

Donc de retour à la maison à 19h, probablement plus tard pour ceux qui devaient reprendre le transport dans les embouteillages du soir. Fatiguée mais heureuse de ma journée, je garderai ces images dans mon sac à souvenirs RDC. Lundi retour au boulot et au quotidien.

 

*le contenu du blog ne représente aucunement la position de MSF