Groupe de champs
République Centrafricaine : Faire face à l'horreur

Gilles Clairoux est le deputé coordinateur terrain de l'équipe d'urgence Eureca 

Child with an amputated arm

Dans la nuit du 27 décembre 2021, alors que nous avions l'impression que le monde entier ne discutait que d’Omicron et de "restrictions" sanitaires, un drame a changé pour toujours la vie de deux enfants.

Ces enfants vivent dans un petit village de la préfecture de l'Ouham Pende, dans le nord-ouest de la République centrafricaine (RCA), un pays qui a connu plus de deux décennies de conflit.

Pourquoi l’être humain en arrive-t-il à commettre d’horribles actes de violences contre des innocents ?

Entrés par force dans la maison familiale, des hommes y égorgent leur père et leur frère aîné. Horrifiés, les enfants et leur mère ont crié pour donner l'alerte dans le village. Les assaillants ont frappé mortellement la mère avec des machettes et ont grièvement blessé les deux enfants.

Une équipe d'urgence MSF, déployée dans la région depuis octobre 2021 pour apporter un soutien médical aux victimes de violences, a immédiatement pris en charge les enfants suite à leur évacuation vers l'hôpital.

L’inexplicable

Malgré notre intervention rapide, les deux enfants ont dû être amputés d'un bras. Ils se retrouvent gravement blessés, mutilés dans leur enfance et orphelins.

Ce qu'ils garderont à jamais comme souvenir de cette nuit, c'est l’image de cette scène d’horreur. Dans leurs yeux un peu égarés, pas de regard d’accusation, ils sont encore trop jeunes. On y voit plutôt le désespoir et l'incompréhension, alors qu'ils tentent de comprendre l'inexplicable.

Il semble que l'insatiable faim du pouvoir obtenue par la violence défie toutes les solutions avancées...

"Pourquoi nous ont-ils attaqués ? me demande le plus jeune d'entre eux.

En silence, je répète machinalement sa question - pourquoi ? Pourquoi ? Alors que je quitte la pièce pour cacher mes émotions... Je cherche une réponse, en vain.

Pourquoi les êtres humains en viennent-ils à commettre des actes d’une telle violence contre des personnes innocentes, et de manière gratuite contre de jeunes enfants?

Comme une vague

De tout temps, à tout âge, cette question refait surface... pour disparaître, à nouveau comme une vague, au fil du temps.

D'innombrables politologues, sociologues, anthropologues, psychologues, criminologues, philosophes, juristes et autres illustres penseurs ont étudié comment éliminer, contrôler ou réduire la violence dans les sociétés passées et présentes.

Les défis auxquels ils feront face sont inimaginables

Cependant, chez les humains, il semble que la soif insatiable de pouvoir obtenue par la violence défie toutes les solutions avancées. Lorsque la violence se répète sans cesse, nous courons le risque de considérer les victimes comme des statistiques.

En réalité, la violence touche des personnes qui ont une histoire, une famille et un avenir. Des personnes qui sont simplement comme tout le monde.

Une plaie déjà ouverte

Dans un pays où l’on estime qu'environ les trois quarts de la population vivent en dessous du seuil de pauvreté et où près d'un tiers sont déplacés à cause du conflit, la vie est déjà très difficile. Ces situations de violence répétées viennent s'ajouter à une plaie déjà ouverte, éloignant toute chance de guérison.

L'intervention de MSF a permis de sauver la vie de ces enfants. Mais sachant qu'ils vivront avec des amputations aux membres supérieurs, les défis auxquels ils devront faire face sont inimaginables...

Un soutien en santé mentale peut aider à soulager leur perte de façon minime, mais je crains que le reste de leur enfance soit une longue épreuve. En écrivant ces lignes, je me sens inutile face à tout cela.