Groupe de champs
Je m’appelle Nodjindo

Je m’appelle Nodjindo Giblotte, j’ai 31 ans et j’ai deux enfants de 14 et de 10 ans.

Je m’appelle Nodjindo Giblotte, j’ai 31 ans et j’ai deux enfants de 14 et de 10 ans.

Ma maladie a commencé par des vomissements de sang. J’ai consulté à Bangui, mais les résultats sont revenus négatifs deux fois de suite. Je ne savais pas que c’était la tuberculose parce que ces tests étaient négatifs. C’est à Boguila que le résultat d’un test s’est finalement révélé positif. Je croyais qu’on m’avait jeté un sort. Je ne comprenais pas vraiment ma maladie et j’ai suivi des traitements à Bangui pendant 6 mois, à tâtons. Il y a eu beaucoup de ruptures d’approvisionnement donc j'ai dû acheter des médicaments sur le marché.

D’abord, je croyais que j’avais été empoisonnée, et toute ma famille aussi. Mais j’ai appris petit à petit que c’était la tuberculose et qu’un traitement était possible.

J’ai été soulagée de voir que ma famille me soutenait et cela m’a aidée émotionnellement. Maintenant que je vais retourner chez moi à Bangui en attendant que les médicaments arrivent d’Europe, je suis inquiète parce que je sais que cela va prendre du temps. Il faut cependant que je retourne chez moi parce que le séjour de 6 mois à l’hôpital m’a ruinée. Avant, j’étais commerçante et je gagnais de l’argent. Je pouvais nourrir mes enfants. Depuis, je n’ai plus d’argent pour me nourrir convenablement et je n’ai plus rien à donner à mes enfants. A Bangui, ma famille sera avec moi et elle m’aidera.

Le traitement que je suis ici ne fonctionne pas vraiment. Je fais constamment des rechutes et des effets secondaires me coupent l’appétit et me provoquent des douleurs dans tout le corps. J’ai de l’espoir quand même et je sais que je vais guérir lorsque les médicaments arriveront. La tuberculose n’est pas une maladie chronique comme le VIH.

Je voudrais dire aux autres malades de suivre leur traitement. Moi, j’espère que je vais guérir malgré le fait que la tuberculose est résistante dans mon cas. Je veux retrouver ma famille et mes enfants qui me manquent trop. Si j’avais de l’argent, je resterais à l’hôpital en attendant les médicaments et je ferais venir mes enfants près de moi.

Je voudrais que les autres patients m’expliquent ce qui a entraîné leur résistance au traitement. Est-ce qu’ils reçoivent des médicaments efficaces contre la résistance de leur maladie? Est-ce que vous pouvez m’aider à retrouver la santé comme vous?