Groupe de champs
Family, I love you

La première fois que je suis retournée à Bangui, j’ai ressenti des malaises tout au long du voyage par la route mais au bout de quelques temps, ce

La première fois que je suis retournée à Bangui, j’ai ressenti des malaises tout au long du voyage par la route mais au bout de quelques temps, ces malaises se sont dissipés.

En ce moment, mon stock de médicaments pour mon traitement contre la tuberculose est épuisé, je suis sans médicaments. J’attends toujours patiemment ces médicaments ; les docteurs m’ont promis qu’ils arriveraient en février. J’espère que Dieu me donnera la force de résister jusqu’à ce moment là. Mais j’aimerais aussi demander aux docteurs, comme je n’ai plus de médicaments, est-ce que je dois rester dans cet état jusqu’ à leur arrivée? Comment vais-je faire ?

Je me sens bien avec ma famille car tout le monde m’accepte. La seule chose contraignante, c’est qu’à chaque fois que quelqu’un veut s’approcher de moi pour me parler ou me donner à manger, je dois toujours porter mon masque à la bouche avant de lui parler, même pour raccompagner mes visiteurs.

Je ne suis pas gênée en faisant cela puisque tout le monde m’accepte avec ce mode de vie, personne ne cherche à se moquer de moi ni à m’offenser.

Je ne me sens pas différente des autres membres de ma famille puisque la tuberculose est une maladie qui est passagère, comme de nombreuses autres maladies. J’espère guérir un jour et retrouver mon ancienne vie et mes anciennes activités.

Ce que je souhaite conseiller à mes proches, c’est de toujours frapper à ma porte avant d’entrer pour que je prenne mes précautions en portant mon masque à la bouche. C’est ce que je leur conseille souvent.

J’ai envie de passer du temps avec mes enfants et de jouer avec eux comme avant, mais ils ont peur de mon état d’amaigrissement ainsi que du masque que je porte à la bouche. Ils sont toujours dehors et si j’ai besoin de quelque chose, je les appelle pour qu’ils me l’apportent.

Cette situation ne me gène pas car je sais que c’est à cause de la maladie, ce n’est pas de leur faute et moi aussi je dois les protéger contre cette maladie.