Groupe de champs
Match de foot Shamwana-Kisele

Hallucinant spectacle de vitalité communautaire!

Comment décrire ce vaste happening de deux heures? D’abord, la qualité du jeu est excellente, même si tous les joueurs n’ont pas de souliers aux pieds! Et c’est du sérieux : les deux équipes arborent leurs chandails respectifs, la fougue et la rapidité sont au rendez-vous. Et les coups bas ignorés par l’arbitre également : Auguste, le nouveau médecin du Congo-Brazzaville avec qui je suis arrivé à Shamwana en a fait les frais. Il reçoit un violent coup de coude au visage, le nez lui pissant comme une fontaine. Il en a été quitte pour que je courre à l’hôpital lui chercher de la ouate pour stopper l’hémorragie!

Les spectateurs sont nombreux : hommes, femmes et enfants, applaudissant et commentant les frasques de l’un ou l’autre des joueurs. Mais alors là, quand il y a goal, la foule se rue sur le terrain en une explosion de joie indescriptible! Le spectacle de la mi-temps est incroyable : une nuée de dizaines d’enfants déambulant autour du terrain, chantant et dansant avec un rythme époustouflant . Et soudain, tout autour du terrain s’élève des sifflements de toutes sortes, ( l’équivalent de notre « Na-Na-Na-Na Yeah! Yeah! Good Bye » :-)) annonçant la fin de la partie et narguant l’équipe de Kisele qui, vous l’aurez deviné, tire de l’arrière par un goal. Et alors là, l’explosion de joie marquant la victoire finale! La foule se précipite, félicitant les vainqueurs locaux, les adversaires sont également poursuivis d’une drôle de façon : la nuée d’enfants de la demie se remet en marche autour du terrain, et à la hauteur de l’équipe adverse, se met à sangloter bruyamment, en signe de dérision!

Hallucinant spectacle de vitalité communautaire! La vie est là, tout autour, plus forte que tout, se répandant en grandes vagues irrépressibles! Définitivement, cette communauté est en train de se remettre des traumatismes affreux de la guerre.