Groupe de champs
Une urgence programmée

Prendre le temps de réviser les protocoles, recruter et former les infirmiers, découvir les lieux et les partenaires avec qui nous allons travailler, avant le début du RUSH

Le paludisme est une maladie due à un parasite transmis par les moustiques et provoquant de fortes fièvres, des troubles digestifs, des anémies sévères, des troubles neurologiques et notamment des troubles de la conscience pouvant mener au coma, avec une mortalité de quasiment 100% en cas de paludisme grave non traité. Au fur et à mesure que l'organisme est confronté au parasite, il développe des anticorps et donc une immunité dite partielle, qui évite une reproduction trop importante du parasite dans le sang, diminuant ainsi la probabilité de faire un accès palustre grave.
Le but de notre mission est donc d'intervenir au moment de ce pic palu, en ciblant les enfants de 0 à 5 ans, pour prévenir et prendre en charge ce pic épidémique. Ceci repose sur plusieurs axes de prise en charge :

  •  Un volet préventif, consistant en la distribution de moustiquaires et  a la sensibilisation des populations sur la manière de se protéger des piqures de moustiques et aux signes devant mener à consulter rapidement. Le volet preventif est surtout constitue d’un vaste programme de distribution de médicaments de prévention aux enfants de 0 à 5 ans, nommé CPS ( chimioprophylaxie saisonnière), donnés une fois par mois pendant 4 mois, et amenant une protection des enfants permettant une diminution très importante des accès graves de paludisme.
     
  •  Un volet curatif, qui vise à dépister et traiter l'ensemble des cas de paludisme dans les différents centres de santé de la région (27 centres). Il s'agit d'une part de distribuer les tests de diagnostic rapide et les médicaments à donner en cas de paludisme simple ; et d'autre part à former les professionnels de santé de ces centres de santé (infirmiers au mieux, agent technicien de santé sinon) à reconnaître les signes de paludisme grave, et à les référer alors le plus vite possible à l'Unité Palu au sein de l'hôpital de Moïssala. C'est à ce niveau que je vais intervenir.

L'unité Palu « UP » est  un centre de prise en charge de l'ensemble des cas de paludisme grave des enfants de 0 à 5 ans, entièrement financé et géré par MSF, d'une capacité variable pouvant atteindre 80 à 100 lits. Il ouvre de manière saisonnière au moment où le nombre de cas de paludisme flambe. Il s'agit donc là d'un véritable projet d'urgence, mais une urgence connue et récurrente chaque année.
Le but est donc d'assurer la prise en charge en soins intensifs, voire la réanimation, de l'ensemble de ces enfants, arrivant souvent dans des états très graves a cause du temps que mette les patients a rejoindre l’UP. Ce retard s’explique par l’etat des routes durant la saison des pluies qui ralenti le trajet.

Réhydratation, oxygénation, transfusion, traitement intra-veineux du paludisme, réanimation, prise en charge des pathologies associées et notamment de la malnutrition ; voilà ce à quoi va ressembler mon quotidien pour les quelques mois à venir. Nous serons 4 médecins, peut-être 5, pour assurer jour et nuit la prise en charge des enfants qui nous seront référés.
Pour le moment, la saison des pluies n'a pas encore vraiment commencé, les cas de paludisme grave référencés à l'hôpital sont encore peu nombreux, l'Unité Palu n'est donc pas encore ouverte ; et nous prenons donc le temps de réviser les protocoles, de recruter et former les infirmiers et ATS avec qui nous allons travailler, de découvrir les lieux et les partenaires avec qui nous allons collaborer et de nous reposer avant le début du rush