Groupe de champs
"La vie ne s'arrête pas"

Et tandis que la campagne de vaccination se déplace, la vie continue...

La semaine dernière, nous avons commencé la campagne de vaccination. Après plusieurs jours de préparation intense avec la logistique, un ballet de voitures, motos et vélos ont été envoyé dans la brousse pour livrer les vaccins, seringues et autres matériels pour près de 25 sites de vaccination. Pour être bien conscient de ce qui se passe sur le terrain, je met un point d'honneur à aller voir par moi-même comment la vaccination se déroule.

Sous les manguiers, de longues files d'attente d'enfants, dont les yeux s'agrandissent quand ils voient l'aiguille de la seringue de vaccin, les piles multicolores de cartes de vaccination scrupuleusement remplies par les enregistreurs, l'encre qui marque les petits doigts des enfants qui ont déjà été vaccinés pour éviter le risque de leur donner une double dose le lendemain ... Pour s'assurer que la vaccination est efficace et prévenir une future épidémie de rougeole, nous devons aller dans chaque village dans la zone de santé et de compter chaque personne. Les conditions d'accès sont épiques: les jeeps passent sur des routes qui sont plutôt des chemins de terre. Les motos sont chargées avec une ou deux glacières et traversent de petits ruisseaux, parfois à dos d'homme, pour atteindre des endroits les plus reculés.

Et tandis que la campagne de vaccination se déplace, la vie continue : il est déjà tard et nous devons préparer la paie, clôturer la comptabilité, faire les prévisions du mois suivant, renouveler les contrats, ... Les heures, jours, semaines s'affolent! Et après avoir accueilli chaque semaine de nouveaux membres de l'équipe, je commence déjà à préparer leur départ. Espérons que, dans quatre semaines, nous allons mettre un terme à cette épidémie de rougeole et nous pourrons retourner à Lubumbashi. Epuisé mais heureux d'avoir aidé la population de Malemba Nkulu, et prêts à partir pour la prochaine mission!