Feldgruppe
Une nuit à l'hôpital de Sa'ada

Il reste peu d’endroits sûrs à l’hôpital, ainsi la maternité est désormais aussi une salle pédiatrique et un hôpital de jour pour femmes.

Une équipe MSF a passé la nuit dernière dans la ville de Sa’ada sous les bombardements intensifs de la coalition menée par l’Arabie Saoudite. Dans la nuit de vendredi, la coalition a lancé un ultimatum à la population, l’invitant à quitter la ville et ses alentours, ainsi que toute cette province du nord du pays, devenue une cible militaire.

Teresa Sancristóval, coordinatrice d’urgence pour MSF, fait partie de l’équipe qui a travaillé toute la nuit à l’hôpital d’Al Gumhury à Sa’ada.
Les bombardements ont été très intenses. Plus de vingt bombes ont touché différents bâtiments dans la ville, qui avait déjà beaucoup souffert des destructions ces dernières semaines. Certains rapports ont fait était de 140 bombes larguées en une seule journée.
Même si la ville est visiblement vide, beaucoup d’habitants n’étaient pas au courant de l’ordre d’évacuation : il n’a pas été entendu par l’ensemble de la population. Il n’y a ni électricité, ni téléphones et hier il y a eu une énorme tempête… Nous craignons que tous n’aient pas connaissance de l’ultimatum. Même à l’hôpital, au cours de la nuit dernière, nous avons accueilli sept femmes enceintes sur le point d’accoucher. Cinq d’entre elles ont dû quitter l’hôpital à cause des frappes aériennes.

Certains habitants ont quitté la ville en camion, mais beaucoup sont partis à pieds, comme il n’y a plus d’essence à cause du blocus.
Même si beaucoup ont déjà quitté la ville, la population restante est effrayée et inquiète. Le marché, les installations de stockage et les bâtiments gouvernementaux ont été détruits et de nombreux civils en subissent les conséquences. A l’hôpital, où les personnes les plus gravement blessées sont amenées, la majorité de l’équipe travaille et vit dans l’hôpital.
L’équipe MSF a travaillé à l’hôpital tout au long de la nuit : en raison des bombardements, il fallait restructurer les services pour assurer leur sécurité. Il restait peu d’endroits sûrs à l’hôpital, ainsi la maternité est désormais aussi une salle pédiatrique et un hôpital de jour pour femmes.