Arrivée à Kalikot

District de Kalikot, Népal

Samedi, 5 avril 2008 ou 24 Chaitra 2064 selon le calendrier népalais.

Je suis enfin arrivée à Kalikot, plus d’une semaine après avoir quitté le Canada. La route fut longue et difficile. Mais ce matin j’ai déjeuné à l’extérieur, sous le soleil, en écoutant le chant des oiseaux, admirant les montagnes… bonheur total!

Depuis mon départ, je suis passée par Amsterdam pour des briefings. Puis je me suis envolée vers le Népal en passant par Londres et Delhi (6 heures d’attente). Je suis arrivée à Kathmandu, capitale du Népal, 22 heures plus tard. Aux cours de ces 72 heures, je n’ai dormi que 5 heures, en 2 fois!J’étais zombie en arrivant au Népal. Une bonne nuit de sommeil de 12 heures à Kathmandu et me voilà fraîche et dispo, déjà adaptée aux 9h45 de décalage horaire. Nouveaux briefings à Kathmandu, entrevue avec le conseil médical du Népal pour mon permis de travail comme médecin, puis déplacements encore, vers ma destination finale: Kalikot.

Kalikot est un district dans une région très reculée du mid-ouest du Népal. J’ai fait le trajet avec le coordonnateur médical des projets de MSF au Népal. Nous avons d’abord pris l’avion de Kathmandu à Nepalganj (vol de 80min), où j’ai passé une bonne nuit dans un hôtel agréable. Lundi, à 6 heures, nous avons pris la route vers Khidki Jyula à bord d’un véhicule 4X4 bien adapté à la piste qui nous attendait.

Rivi_re_Karnali.JPG

Au début la route est asphaltée, tout va bien. Mais notre chauffeur est un peu endormi, alors on s’arrête pour du thé et des beignets.Nous reprenons la route, zigzagant à travers la forêt. On se croirait presqu’au Québec, le sol est pavé de feuilles mortes colorées. Nous traversons un parc national, des singes traversent la route devant nous. OK, je ne suis plus au Québec!Nous nous arrêtons pour déjeuner à Surkhet 4 heures plus tard : oeufs brouillés et rôties de pain blanc.

Par la suite, ce n’est plus la même chose, la “route” est très cahoteuse, inconfortable et poussiéreuse mais les superbes paysages me font oublier ces désagréments. Nous passons un col de montagne et s’ouvre devant nous une superbe vallée. Une rivière turquoise bordée de plages de sable blanc et entourée de montagnes à perte de vue. Des montagnes décorées de cultures en terrasse, du blé principalement. Notre route oscille entre la rivière au fond de la vallée et les rebords pentus des montagnes. De nouveaux éléments viennent changer le panorama à chaque instant. Un petit village avec des toits de chaume, un pont suspendu surplombant la rivière, un autobus bondé de monde transportant des bagages et même des gens sur son toit, des porteurs ayant une charge énorme sur le dos, etc.

Cultures_en_terrasse.JPG

Nous nous arrêtons le midi dans un village. Je suis surprise de voir que les gens, même les enfants, ne portent pas trop attention à notre présence. Nous sommes pourtant dans un endroit très reculé où les étrangers ne mettent pas souvent les pieds. J’ai l’impression d’être presque invisible. Cela me fait tout drôle en comparaison avec l’Afrique où tous les enfants nous saluent et nous sourient. Après quelques minutes, certains enfants s’approchent, nous observent, nous saluent puis retournent assez rapidement à leurs occupations.

Nous arrivons à Khidki Jyula vers 18h00, nous y passerons la nuit.Au total, nous avons roulé pendant 12 heures, excluant quelques arrêts. On nous offre un thé népalais à notre arrivée : une bonne dose d’énergie. Il s’agit d’un thé au lait, épicé et sucré, très savoureux. Plus tard, nous avons droit au dal-bhat, le mets traditionnel népalais composé de lentilles et de riz. Puis c’est l’heure du dodo sur une planche de bois bien dure. C’est très réparateur pour les dos endoloris par les kilomètres de piste de sable et de roches. J’ai passé une très bonne nuit.

Mardi, 6 heures du matin, réveil et préparatifs pour la longue marche vers Kalikot. Nous continuerons à pied parce qu’à partir d’ici la route vers Manma est trop dangereuse. Nous avons apporté des médicaments de Kathmandu et du matériel de Nepalgunj. Nous ferons donc le trajet avec 11 porteurs qui transporteront tout cela sur leurs dos.

D’abord nous traversons la rivière Karnali par un petit pont. Nous la longerons toute la journée. Je vous l’ai déjà dit, mais je le répète : la rivière est turquoise et bordée de plages de sable blanc. On se croirait en Thaïlande, c’est superbe. Nous marchons au fond de la vallée pendant plusieurs heures. Le soleil me tape sur la tête. Je manque d’énergie. Je n’ai avalé qu’un morceau de gâteau aux fruits et un thé au déjeuner. Les Népalais ne mangent pas au réveil.Ils attendent jusqu’à 10h30 environ et mangent le dal-bhat. Tout ce que notre guide a apporté à manger c’est une barre de chocolat SNICKERS qui me fond sur les doigts. Nous nous arrêtons vers 11h, finalement, pour manger des nouilles… oh la la, elles sont très épicées (j’en ai mal à l’estomac depuis, j’espère que je vais m’y habituer!).

Ensuite, nous reprenons la marche pour la montée vers l’hôpital (740m de dénivelé, très abrupte). À mi-chemin nous prenons un thé au “tea shop” pour nous donner l’énergie nécessaire pour la dernière montée.Heureusement, le soleil s’est caché derrière les nuages. Sous cette chaleur, j’ai du mal à maintenir ma température corporelle normale. J’ai bu 3 à 4 litres d’eau au cours des 6 heures de marche. Wow, dire que je suis ici pour le programme “outreach”, ce qui veut dire que je vais marcher beaucoup!Va falloir que je m’habitue, et que je m’entraîne. Au moins, l’altitude n’est pas très élevée.L’hôpital se trouve à 1500m. On y arrive vers 14heures, pas mal fatigués.

H_pital_du_district_Kalikot.JPG

L’hôpital de Kalikot : mon nouveau chez-moi. Un endroit incroyable, superbe, calme, au milieu des montagnes. Des sommets de 3000-4000m. Le plus haut qu’on aperçoit est de 4202m, il y est tombé de la neige le jour de mon arrivée. Vous devez avoir moins de neige à Québec parce qu’apparemment, j’en ai apporté avec moi à Amsterdam et même à Kalikot!

2 Responses to “Arrivée à Kalikot”

  1. Chudamani Giri/Apildev Neupane Says:

    hello Namaste!
    it was so nice to go through ur blog but unfortunately it was in french which we cant understand,Is there any way we can read your article andlearn how things go in kalikot district.
    we would be honored if we were assisted.

    we are final yr medical students in Nepal.
    Thank you very much.

    your Nepali friend
    Apildev neupane &
    Chudamani Giri
    KATHMANDU

  2. krishna pandey Says:

    thanks for taking information of this remote district and i heartly want to thank. now kalikot is in criticle condition. main problem is illetral . so first priority is to concern in developement in education

Leave a Reply

*