Programme Coordinator 101 / Coordination de Projet 101

November 14th, 2008 by MSF Field Blog

Programme Coordinator 101 (en / fr)

I’ve been back on the field almost a month now, and filled with energy and idealism, I’ve started to really sink my teeth into the project and the work of a PC. But I have to admit, it’s been a steep learning curve ! For several reasons, I feel way out of my comfort zone, while in other areas, I thought I’d be struggling and it’s actually what’s become my “strengths”.

1. Time

Since I’ve been back, it feels like time starts escaping the moment I open my eyes in the morning. I can’t quite explain it, but it’s a mix of not forgetting to bring back the satellite phone back to where we can hear it, trying to make my daily visit to the clinic, say hi to all the staff (and desperately try to learn all their names), talking to people, “networking” … then I push “send/receive” and the space-time continuum switches to another speed. Between the reports I have to make and those I have to read, I’m soon reminded of the limited amount of time by my stomach begging to be fed, or mosquitoes attacking “en masse” and forcing me to seek cover away from any light source (and you may not realise a computer screen is an important one). The only antidote I’ve found against this is a white board – that’s not so white anymore – because it’s not a real one, and erasing can become an issue. And so it goes that time flies (up, up and away) and a lot of lovely reporting awaits!

2. People

One of the reasons I decided to do this work was to meet interesting people, be inspired by them, share stories, perhaps even wisdom. But people are not always fun to have around. They tend to need a lot of things and not be very patient about these “needs”. They have all these emotions that need to be looked after, thus creating emotions in yourself. Managing your own emotions is challenging enough in this context, but as PC it’s sometimes part of your job to facilitate this in others as well, and sometimes the line between personal and professional gets blurry … people are so complicated!

3. Rumours

I have to admit that I’ve always had a soft spot for gossip, which I’m quite ashamed of. But I can say that over here, it’s a sort of local sport. With each one of these rumours comes a potential security implication, so I’ve spent so far a great deal of time and energy trying to understand the rumour mill, and trying to avoid getting sucked into it. In a place where the roads are flooded during the rainy season, where there are stories of having to bike, swim, rent pirogues and dodge dangerous hippos, I am absolutely amazed at the speed at which rumours travel! There are no telephones outside of Birao, only a few radio posts here and there, and a handful of satellite phones, but there must be some sort of special mechanism in place – maybe smoke signals or carrier pigeons? – because I still don’t understand how my team in Birao can learn about what we are going through in Gordil within hours, when I haven’t been able to get satellite phone reception and it’s a couple of days of travel away ! And why always on Sundays, when I’m inevitably comfortably in bed or having a shower ?

4. Expectations

MSF’s reputation precedes it and some of the reasons why I work here are the same as why communities are keen on having us around. The fact that we are mostly self-financed by generous individuals at home – as opposed to institutional donors – gives us a level of independence, freedom really, that very few humanitarian actors have. We have our own plane, we can mobilize resources quickly to respond to emergencies with drugs and personnel. We will speak out when we witness situations we feel are unacceptable and violations of human rights. The t-shirt I wear to work, now somewhat yellow and not so white, still bears a lot of weight and attracts “great expectations” both from those who wear it and those who welcome it. However, expectations can get out of hand, and what I’ve often witnessed here is more a sense of entitlement regarding NGOs in general, and sometimes us as well. “No good deed goes unpunished” either, because the minute you meet expectations, or by some chance go beyond them (like an extremely lucky woman we were able to transfer by plane to Birao for a c-section, and in extremis saved them both), then it’s perceived as the new norm. Managing expectations: learn to love it !

5. Adrenaline

Most MSFers I know joined for mostly very noble reasons: a desire to make a positive difference, to help their fellow human beings, and a feeling of outrage regarding the inherent injustice of this World. What is equally true, however, is that most of us are, in one way or another, adrenaline junkies. We like a different kind of adventure though, one that can take the shape of a vaccination campaign, an emergency response to a natural disaster or anything that involve helping a lot of people, in short period of time, in tricky situations … in our current security context though, we do not even go on the road, everything is done by remote control (a first for MSF). The adrenaline factor is low, although things can get quite tense, and sometimes, with an unshakeable feeling of guilt, I wish for a bit more action, a reason to go on the road and see what’s out there. Guilty as charged!

6. Vraiment

It took me a while to understand this one, but now, it’s perhaps my biggest victory. There’s so many languages (French, Arabic, Sango) and dialects here (Goula, Rouga, Kara, etc.), that I’m afraid to learn a few words, and then using it on the wrong person : it would be the worst insult to great a Goula with a Rounga expression ! I stick to French and my 10 words of Arabic with Muslims (the majority here), and it is going well. But then I realised it wasn’t the language that mattered, but a key French word that I heard everywhere : Vraiment (Truly, in English). Trying to explain it’s meaning is pointless: what matters is that it’s the password, the key to reaching people at their core. You must use it with parsimony, but it will make your point. After trying to nicely make a drunken man stop following me in the market in Bangui, I paused, looked at him in the eyes and said “Vraiment!” He couldn’t argue anymore, he knew it was time to leave. After a nice talk with our landlord, a wise old man, a thank you followed by it and he beamed; he knew I truly appreciated him. I’ve yet to try it negotiating at the market, but it worked trying to get to the bottom of rumours with some key people, and allowed us to take the conversation to the next level. It can show disappointment or pride, happiness or sadness, it really is a sign you’re not just another expat.

7. Protocol

Coming from Canada, an ex-colony, and Quebec, an ex-French colony, protocol has never been high on the agenda. One would think that with independence, citizens would want to put these habits into the past. But in this ex-French colony, protocol is everywhere. You have to be careful to shake the most senior’s person’s hand first, and a top bureaucrat beats out a top elder. A speech is always expected, whether at a town meeting, an expat’s going-away party, or any sort of official occasion. Each speech must start with thanking people – every single one of them – with their title, and according to rank: it is exhausting! But perhaps the most embarrassing part, as a humanitarian, is that foreigners fall at the top of the hierarchy, beating almost everyone else in line: you get the best chair and eat before the others. I once took a walk to the Mayor’s in Gordil, where about 30 people were anxiously awaiting security news from the next village, and although I would have been happy to sit in the back and get a translation from the MSF staff accompanying me, the Mayor took me inside his house, offered me tea, and spoke to me privately before everyone. And refusing would have been an insult ! There’s no way around protocol in CAR, no matter where I go, but at least now I know, never to leave home without a speech in the back of my head.

At the end of the day, I close my computer, take a shower with my gas lantern, under the stars, not so much cleaned but cleansed by the water. We sit around dinner, talk about the day while trying to talk about something else than work … the lost art of conversation. I find I never have trouble falling asleep over here, even though the bed is not so comfortable. And before I know it, the roosters, people getting water at the well, chopping wood, the sounds of Birao wake me up and it starts all over again.

Coordination de Project 101(en / fr)

Je suis de retour sur le terrain depuis maintenant un mois et, remplie d’énergie et d’idéalisme, j’ai véritablement plongé dans la position de coordinatrice de projet. Mais je dois admettre que la courbe d’apprentissage a été abrupte ! Pour plusieurs raisons, je me sens vraiment à l’extérieur de ma « zone de confort », alors que d’autres points qui m’effrayaient un peu sont en fait devenu des forces.

1. Temps

Depuis mon retour, on dirait que le temps m’échappe dès le moment où j’ouvre mes yeux le matin. Je n’arrive pas vraiment à comprendre : entre tenter de ne pas oublier de ramener le téléphone satellite où l’on peut le charger et l’entendre, de faire ma visite quotidienne à la clinique, dire bonjour à toute l’équipe (et désespérément apprendre les noms de tout le monde), parler un peu à tous, faire du « networking » … Puis vient le moment où j’appuie sur « send/receive » pour vérifier mes emails : le temps accélère et défie toutes les lois de la physique. Entre les rapports que je dois écrire et ceux que je dois lire, c’est le cri de mon estomac qui veut être nourrit qui me rappelle du temps limité que possède une journée. Sinon, ce sont les moustiques qui attaquent en masse et me forcent à me réfugier loin de toute source de lumière; peu de personnes réalisent qu’un écran d’ordinateur et une très grande source de lumière dans la brousse ! Le seul antidote que j’ai trouvé contre ce tour que me joue le temps, c’est un « tableau blanc » (whiteboard) – plus trop blanc maintenant – pour essayer de ne rien oublier et tout organiser. Mais comme ce n’est pas un vrai tableau blanc et qu’effacer est un peu un problème, le temps s’envole toujours trop vite, et tous ces merveilleux rapports attendent encore un peu.

2. Personnes

Une des raisons principales pourquoi j’ai choisi de faire ce travail est pour rencontrer des personnes différentes, intéressantes, être inspirée par elles, partager des histoires et peut-être même un peu de sagesse. Mais avoir autant de personnes autour de soi n’est pas toujours une partie de plaisir. Tout ce beau monde a beaucoup de « besoins » et ne sont pas très patients par rapport au temps qu’il faut pour y répondre. Et puis tous ces gens ont des émotions desquelles il faut se préoccuper, ce qui crée des émotions chez-moi aussi (frustration, impatience, amusement, compassion, énervement total). Gérer ses propres émotions dans un contexte humanitaire est déjà difficile, mais en tant que coordinatrice de projet, c’est souvent mon rôle de faciliter les autres à bien gérer leurs émotions. La ligne entre professionnel et personnel devient embrouillée : les gens sont si compliqués !

3. Rumeurs

J’ai toujours eu un petit faible pour les ragots, et j’en ai plutôt honte. Mais je peux dire qu’ici, c’est une sorte de sport local. Avec chacune de ces rumeurs arrivent des conséquences potentielles sur la sécurité de l’équipe, et j’ai donc passé un temps fou à essayer de comprendre le moulin à rumeurs, et essayer de ne pas nous laisser emporter. Dans la Vakaga, en saison des pluies, les routes sont infondées, où l’on raconte qu’il faut rouler à vélo, nager, louer des pirogues et éviter de dangereux hippopotames, je suis absolument éberluée par la vitesse à laquelle se propage les rumeurs ! Il n’y a pas de téléphones à l’extérieur de Birao, seulement quelques postes radio ici et là, un poignée de téléphones satellite, mais il doit y avoir un mécanisme spécial en place – des signaux de fumée ou des pigeons voyageurs ? – parce que je ne comprends toujours pas comment mon équipe de Birao peut apprendre ce qui se passe à Gordil en quelques heures, alors que je n’ai pas été capable d’obtenir de réception sur le téléphone satellite et que quelques jours de voyagement nous sépare. Et pourquoi toujours les dimanches, alors que je suis inévitablement confortablement au lit dans la douche ?

4. Attentes

La reputation de MSF nous précède et plusieurs des raisons pourquoi je travaille chez MSF sont les même pour lesquelles les communautés nous accueillent à bras ouverts. Le fait que nous sommes auto-financés par de généreux individus à la maison – au lieu de donneurs institutionnels – nous donne un niveau d’indépendance, de liberté plutôt, que très peu d’acteurs humanitaires possèdent. Nous avons notre propre avion, nous pouvons mobilisés des ressources très rapidement pour répondre à toute urgence avec des médicaments et du personnel en 48h. Nous témoignons de ce que nous considérons comme innacceptable et des violations des droits humains. Le t-shirt que je porte au travail, maintenant plutôt jaune que blanc, a quand même beaucoup de poids et attire des attentes très élevées, tant de ceux qui le portent que ceux qui l’accueillent. Cependant, les attentes peuvent devenir démesurées, et j’ai souvent remarqué ici une attitude très « demandante » envers les ONG en général, et MSF en particulier, comme si offrir des soins de santé gratuits et universels où il n’y a personne n’était pas assez, comme si nos ressources étaient illimitées. Et « toute bonne action n’est jamais impunie » car dès le moment où l’on réussit à remplir les attentes – ou par chance, les dépasser (comme une femme extrêmement chanceuse que nous avons pu transférer de Gordil à Birao pour une césarienne, juste à temps pour sauver mère et bébé) – alors la communauté commence à considérer que c’est la nouvelle norme ! Gérer les attentes : partie intégrale du travail !

5. Adrénaline

La plupart de mes collègues ont joint MSF pour des raisons très nobles: le désir de faire une différence positive dans le monde, d’aider les gens, et un sentiment de révolte par rapport aux injustices de ce Monde. Ce qui est tout aussi vrai est que la plupart d’entre nous sommes également accros à l’adrénaline. Nous aimons une sorte particulière d’aventure, une aventure qui peut prendre la forme d’une campagne de vaccination, une activité d’urgence pour répondre à un désastre naturel, ou n’importe quoi qui implique aider beaucoup de gens, en peu de temps, dans des circonstances difficiles … Cependant, dans notre contexte de sécurité actuel, nous ne pouvons pas prendre la route, tout est « contrôlé à distance » (une première pour MSF). Le degré d’adrénaline est bas, même si les situations sont parfois très tendues, mais parfois, avec un sentiment de culpabilité incroyable, j’espère pour un peu plus d’action, une raison pour prendre la route et voir ce qu’il s’y passe. Tout à fait coupable !

6. Vraiment

Ça m’a pris beaucoup de temps à comprendre, mais maintenant, c’est probablement ma plus grande victoire. Il y a tellement de langues (français, anglais, sango) et de dialectes (goula, rounga, kara, etc.), que j’ai peur d’apprendre quelques mots, et puis de les utilisez avec la mauvaise personne . Ce serait la plus grande insulte de saluer un Goula avec une expression Rounga ! Je m’en tiens donc au français et mes 10 mots d’arabe avec les musulmans (la majorité ici), et ça va plutôt bien. Mais j’ai finalement réalisé que ce n’est pas la langue que je parle qui compte, mais un mot clé, en français, que j’entendais partout : vraiment ! On pourrait croire que c’est un mot tout simple, mais c’est beaucoup plus : c’est LE mot de passe, le moyen pour véritablement connecter avec les gens. Il faut l’utiliser avec parcimonie, mais le point sera fait. Après avoir tenté très gentiment de me débarrasser d’un homme saoûl qui me suivait dans le marché de Bangui, je me suis arrêtée, l’ai regardé droit dans les yeux et lancer « vraiment !» Il ne pouvait plus argumenter; il savait que c’était le temps de partir. Après une bonne conversation avec notre propriétaire, un vieux sage, un « merci, vraiment » et il rayonnait : il savait que je l’appréciais vraiment. Je n’ai pas encore essayé de m’en servir pour marchander au marché de Birao, mais ça m’a été « vraiment » utile lorsque j’essayais d’éclaircir des rumeurs avec des personnes clés, et nous a permis d’amener la conversation à un autre niveau. Ce mot permet de démontrer la déception ou la fierté, la joie ou la peine; c’est véritablement un signe que vous êtes plus qu’un autre expat venu faire son contrat.

7. Protocole

Lorsqu’on vient du Canada, une ancienne colonie, et du Québec, une ancienne colonie française, le protocole n’a jamais été très important au quotidien. On pourrait penser qu’avec l’indépendance viendrait un désir de mettre derrière soi. Mais dans cette ancienne colonie française, le protocole est partout. Il faut toujours faire attention de serrer la main à la personne la plus sénior en premier; le bureaucrate sénior est plus important que le plus sage des sages. Un discours est toujours de rigueur, qu’il s’agisse d’une réunion de village, une fête d’adieux d’expatrié, ou une quelconque occasion officielle. Chaque discours doit commencer par les remerciements des gens présents – de chaque personne présente ! – avec leur titre et selon leur rang : c’est tout à fait épuisant ! Cependant, pour un humanitaire, ce qui est encore plus embarrassant, c’est que les étrangers sont en-haut de cette hiérarchie, passant devant presque tout le monde. J’ai déjà pris une petite marche pour visiter le maire de Gordil, où une trentaine de personnes attendait son arrivée du village voisin pour avoir des informations par rapport à la sécurité. J’aurais été ravie de m’assoir discrètement et de recevoir la traduction par le collègue qui m’accompagnait. Mais le Maire m’a fait entrer dans sa maison, nous a offert le thé, et nous a parlé en privé avant tout le monde. Si j’avais refusé, je l’aurais insulté ! On ne peut pas échapper au protocole en RCA, mais au moins, maintenant, je sais que je dois toujours avoir un petit discours en tête avant de quitter la maison.

À la fin de la journée, je ferme mon ordinateur, prend un douche avec ma lampe tempête, sous les étoiles, pas tant nettoyée que « purifiée » par l’eau. Nous nous assoyons autour du souper, en parlant de la journée et en essayant de ne pas trop parler du travail … l’art perdu de la conversation. Je n’ai presque jamais de difficulté à m’endormir ici, même si le lit n’est pas très confortable. Et avant même que je m’en rende compte, les coqs, les voisins qui vont chercher de l’eau, qui coupe du bois, les sons de Birao me réveille et tout recommence à nouveau.